Raoul DUFY (1877-1953)

Né au Havre, il y commence les Beaux-Arts avec Friesz et les poursuit à Paris. Après une brève période impressionniste, il devient fauve en 1906. En 1912, il signe un contrat avec Bianchini-Férier, soyeux lyonnais et s’engage à fournir des compositions (gouaches ou aquarelles) destinées à l’impression.

Il peut se livrer à ses recherches sur la couleur. Peu à peu, il trouve son style propre et inimitable. Le dessin est désinvolte, allusif, serpentin, d’une souple élégance, la couleur limpide et pétillante.

Au delà des sujets devenus célèbres de son importante œuvre peinte (orchestres, champs de course, paddocks, cirques, allégories, marines, ateliers, nus et bouquets), sa contribution aux arts décoratifs (tapisseries, soieries, tentures, céramiques, décors de théâtre) est considérable.

Vers 1920 il désolidarise la couleur du dessin, la laisse déborder les contours. La liberté des couleurs fait écho à la spontanéité du dessin. L’aquarelle se prête particulièrement à ce style cursif très personnel.

En 1935 il adopte le médium, mélange d’eau et de vernis, qui donne à ses huiles la transparence et la fraîcheur de l’aquarelle. Et en 1938 il réalise une fresque immense, La Fée Electricité, actuellement au Musée d’art moderne de la Ville de Paris.

A dater des années 40 Raoul Dufy tend vers un plus grand dépouillement. En dépit des rhumatismes qui, à la fin de sa vie, le clouent sur un fauteuil roulant, l’œuvre pleine d’esprit de ce grand peintre si typiquement français, restera un hymne à la lumière, au bonheur et à la joie de vivre.

Dufy-Epsom-la-course

Raoul Dufy
"Epsom la course"
gouache et aquarelle 50,2 x 64,5 cm

Nous contacter pour cette œuvre


 

Dufy-Paddock-a-Epsom-1939

Raoul Dufy
"Paddock à Epsom" 1939
aquarelle 49 x 63cm

Nous contacter pour cette œuvre


 


Haut de page