Edouard Joseph GOERG (1893-1969)

Il voit le jour en Australie, à Sydney, où ses parents, français, sont négociants en champagne. Il s’installe à Paris en 1900 et se destine à la peinture, tout en voyageant beaucoup, en Italie, aux Indes, à Ceylan. Il est l’élève de Paul Sérusier et Maurice Denis à l’Académie Ranson entre 1913 et 14.

A partir des années 20, il s’affirme comme l’une des figures de proue de l’expressionnisme et en restera l’un des plus brillants représentants. Il flirte également avec le surréalisme. Durant l’Occupation, sa femme d’origine juive doit se cacher et mourra faute de soins. Goerg en sera traumatisé et aura bien du mal à retrouver une vie normale. Néanmoins, dans les années 50, il enseigne l’art de la gravure à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, puis devient membre de l’Académie des beaux-arts en 1965.

Il se remarie et retrouve une certaine joie de vivre, sa femme devenant l’un de ses thèmes de prédilection dont les fameuses « femmes-fleurs », tout en mélancolie sereine. Hélas, le répit est de courte durée, il meurt à Callian, dans le Var en 1969. L’œuvre représente un monde insolite, obsessionnel avec une palette somptueusement émaillée et tout en nuances. Ses recherches sur le plan philosophique et religieux prouvent une personnalité excessivement sensible.

Parmi les galeries qui l’ont exposé : Paul Guillaume, Berthe Weill, Bernheim Jeune, Jeanne Castel, David et Garnier.

Goerg-Don-Quichotte

Edouard Joseph Goerg
"Don Quichotte" 1925
huile sur toile

Nous contacter pour cette œuvre