Henri MATISSE (1869-1954)

BIOGRAPHIE

1869 : naissance dans une ville du Nord (Cateau-Cambrésis) où l’on tissait, d’où sa passion pour les tissus brodés en soie. Son père est marchand de grains, sa mère peintre amateur.


1889 : clerc d’avoué à St Quentin, il est alité après une crise d’appendicite. Se met à peindre pendant sa convalescence.


1891 : s’installe à Paris. Suit des cours du soir, puis s’inscrit à l’Académie Julian. Rate le concours des Beaux-Arts et entre à l’atelier de Gustave Moreau où il rencontre Marquet (son seul ami) et Manguin.


1894 : d’une aventure avec Camille, un de ses modèles, naît a une fille : Marguerite qui lui restera profondément attachée toute sa vie.


1896 : il expose pour la première fois au Salon de la Société nationale des beaux-arts dont il devient membre associé sur proposition de Puvis de Chavannes.



1898 : fréquente l’atelier d’Eugène Carrière. Rencontre Derain et Vlaminck. Se marie avec Amélie Noellie Parayre dont il aura 2 fils.


1902 : Mlle Weill lui vend ses premiers tableaux.


1904 : expose chez Vollard. Chez Signac à St Tropez, il fait la connaissance de Cross qui a 13 ans de plus que lui. Rencontre riche et fructueuse pour Matisse qui va être conseillé et influencé par Cross dans son travail d’aquarelliste. Cross le poussera à éclater ses couleurs


1905/06 : sa fille Marguerite est son modèle préféré. S’installe à Collioure où il fait venir Derain. Après un paroxysme fauve, il évolue vers la simplification. Les formes sont réduites à l’essentiel : La danse (1909/10) est peinte pour le collectionneur russe Serge Chtchoukine qui lui achètera 37 toiles au total.


1909 : voyage en Espagne. Mélange le motif avec les fonds : concept décoratif.


1910/12 : voyage à Tanger.


1910/20 : floraison de portraits féminins. Fourmillement d’éléments décoratifs dus à l’influence des nabis et des estampes japonaises d’Utamaro.


1913 : échange d’idées avec Picasso.


1914/18 : le chromatisme s’assombrit. Apparition du noir.


1917 : passe une partie de l’année à Nice et finit par s’y installer définitivement en 1921. Vie de célibataire entouré de modèles.


1919 : dessine les costumes et les décors du ballet « Le chant du rossignol » sur commande de Stravinsky et Diaghilev.


1929 : rétrospective de son œuvre à New York


1931/33 : travaille à la peinture murale du Dr Barnes : La danse.


1936/38 : la période niçoise est entrecoupée de voyages à New York, Los Angeles et Tahiti.


1938/43 : habite Cimiez, faubourg de Nice. Peint des portraits costumés.


1941 : opéré d’un cancer, il est hospitalisé à Lyon et demande à son infirmière Monique Bourgeois d’être son modèle. Devenue par la suite religieuse Dominicaine sous le nom de Sœur Jacques-Marie, elle l’invitera à réaliser pour sa congrégation, la fresque de la Chapelle du Rosaire à Vence.


1944 : sa femme et sa fille Marguerite sont arrêtées par la Gestapo. Elles réussissent à échapper à la déportation et Matisse, sous le choc de l’émotion dessine une suite de portraits très émouvants.


1945 : grande rétrospective au Salon d’automne.


1952 : inauguration du musée Matisse du Cateau-Cambrésis, sa ville natale.


1954 : décès d’Henri Matisse

 


Haut de page