Edouard VUILLARD (1868-1940)


Sélection d’œuvres d’Edouard Vuillard disponibles

Edouard VUILLARD, Effet de soleil dans un sous-bois printanier, Circa 1932-38, Pastel, 25 x 32 cm
Edouard VUILLARD
Effet de soleil dans un sous-bois printanier
Circa 1932-38
Pastel
25 x 32 cm

 

Edouard VUILLARD, 
"Paysage aux Clayes", pastel 20 x 25 cm
Edouard Vuillard

Paysage aux Clayes 
Pastel 20 x 25 cm

Prix sur demande. Nous contacter.


Edouard Vuillard, peintre nabi et intimiste

Edouard Vuillard naît le 11 novembre 1868 à Cuiseaux en Saône-et-Loire. Il arrive à Paris en 1877 où il fait ses études au lycée Condorcet. Il y a pour amis Maurice Denis, Lugné Poe et Kerr-Xavier Roussel qui deviendra son beau-frère.

Vuillard mènera toute sa vie une existence en apparence sans histoires, aux côtés de sa mère, jusqu’à la mort de celle-ci en 1928. À partir de 1887, il suit les cours de l’Académie Julian. Il fait déjà partie du premier noyau du groupe des Nabis. Edouard Vuillard rencontre en 1891 Thadée Natanson. Sa première exposition a d’ailleurs lieu dans les bureaux de La Revue blanche dont ce dernier devient le directeur en 1891.

En 1892 Edouard Vuillard reçoit une commande de la famille Desmarais pour six dessus-de-portes. Dès 1893 il exécute de nombreux tableaux représentants des intérieurs bourgeois comme « Intérieur, mère et sœur de l’artiste » (New York, The Museum of Modern Art) où les personnages se fondent dans l’espace. Par ailleurs, de 1893 à 1894 il dessine des programmes et des décors pour le théâtre de l’œuvre de Lugné-Poe. Vuillard exécute également neuf panneaux intitulés « Les Jardins publics » pour la salle à manger des Natanson.

A partir de 1897 il commence une série de voyages en Europe qui ne s’achèveront qu’à sa mort.

Edouard Vuillard ne cesse cependant d’exposer, chez Bernheim-Jeune à partir de 1900 et à la Libre Esthétique à Bruxelles en 1901.

En 1908 il peint les panneaux de «La Place Vintimille ». Puis, en 1912, Vuillard peint les décorations pour la Comédie des Champs Elysées. Il se rend pendant la guerre à Lyon où Thadée Natanson dirige une fabrique de munitions dont il tirera plusieurs tableaux.

En 1937 Edouard Vuillard devient membre de l’Institut de France. Le musée des Arts décoratifs lui consacre une rétrospective. L’année suivante, il peint un panneau, « La Paix protectrice des Muses », pour le Palais des Nations à Genève.

Vuillard meurt le 21 juin 1940 à La Baule où il s’était réfugié.