Jean-Louis FORAIN (1852-1931)

Jean-Louis Forain naît en 1852 à Reims et suit son père qui s’installe à Paris en 1860. Il s’intéresse à la peinture et rentre aux Beaux-Arts dans l’atelier de Gérôme qui « ne lui a pas appris grand-chose ».

Carpeaux le prend dans son atelier en 1869. Il y apprendra le sens des volumes et restera influencé par cette liberté avec laquelle le maître promène son pinceau sur la toile. Il participe à la guerre de 1870. C’est ensuite une vie de bohême.

Il fréquente Verlaine et Rimbaud avec qui il partage une chambre pendant quelques mois en 1871-72.

 

Jean-Louis Forain, peintre de la société de son temps

Jean-Louis Forain commence à peindre en 1874. Il fréquente alors le cercle des artistes indépendants, animé par Manet et Degas, s’imprègne de leurs théories impressionnistes de la couleur et de la lumière et de leurs représentations de la vie quotidienne.

Degas, pourtant avare de compliments, disait de lui :

« Ce jeune homme vole de nos propres ailes ».

En 1876 il publie ses premiers dessins satiriques dans Le Scapin, La Cravache parisienne et Le Monde parisien. Il fait preuve d’une ironie caustique. Ses sujets de prédilection sont les scènes de rue, les lieux de spectacle, les cafés, les champs de courses. Tous ces lieux vont lui donner matière pour fustiger les conventions bourgeoises, l’hypocrisie et les injustices de la société de son temps.

Comme il le dit lui-même, il veut « conter la vie de tous les jours, montrer le ridicule de certaines douleurs, la tristesse de bien des joies, et constater rudement par quelle hypocrite façon le Vice tend à se manifester en nous ». Forain n’épargne ni la noblesse aux abois, ni la bourgeoisie corrompue, sa principale cible.

 

Jean-Louis Forain : La Comédie Parisienne

Pour en savoir plus sur Jean-Louis Forain, nous vous invitons à regarder cette vidéo qui présente l’exposition « Jean-Louis Forain, La Comédie parisienne », qui a eu lieu au Petit Palais, en 2011, et présentée par Florence Valdès-Forain, commissaire de l’exposition.

 

Gros plan sur une œuvre de Jean-Louis Forain : L’Aparté

Jean-Louis Forain, L'Aparté, Circa 1878-1879, Aquarelle et gouache sur papier, 45,5 x 28 cm, Signée en haut à droite
Jean-Louis Forain
L’Aparté
Circa 1878-1879
Aquarelle et gouache sur papier
45,5 x 28 cm
Signée en haut à droite
Provenance
Collection privée, France
Attestation d’inclusion au Catalogue Raisonné de l’artiste en préparation par Madame Florence Valdès-Forain

 

« L’Aparté » est une œuvre qui reprend un des thèmes chers à Forain : une scène, probablement au théâtre, entre trois bourgeois et une prostituée.

Forain aurait dit :

 » Trois gommeux » et une « cocotte ».

Tyrannie de la bourgeoisie qui impose aux femmes un joug dominateur, prostitution qui fait partie intégrante du quotidien de l’époque. Dans un décor réduit à sa plus simple expression, toute l’attention se porte sur les personnages.

Trois bourgeois en haut de forme noir, condescendants, abordent une cocotte. Sa robe rouge est brossée par touches vigoureuses. Le haut de son corps en blanc et son visage à peine visible s’opposent aux couleurs plus sombres et dominatrices des bourgeois. Le trait, comme toujours chez Forain, est incisif et vigoureux, jamais loin de la caricature…

 

Prix sur demande. Nous contacter