Armand GUILLAUMIN (1841-1927)

  • Armand Guillaumin, l’impressionniste indépendant et sauvage | En savoir plus

Selection d’œuvres d’Armand Guillaumin disponibles

Armand Guillaumin, Le chemin creux, huile sur toile, 65 x 54cm
Armand Guillaumin
Le chemin creux
Huile sur toile
65 x 54 cm

 

Armand Guillaumin, Le moulin de la Roche
Armand Guillaumin
Le moulin de la Roche
Avril 1900
Huile sur toile, 54 x 65 cm

Prix sur demande. Nous contacter


Armand Guillaumin,
l’impressionniste indépendant et sauvage

Armand Guillaumin nait le 16 février 1841 à Paris. En dépit de conditions familiales difficiles, peignant le jour et travaillant souvent la nuit, seul du futur groupe avec Renoir à être fils de prolétaires, les débuts du jeune Armand Guillaumin sont alors liés à l’essor du mouvement impressionniste.

Dès 1861 il rencontre Cézanne et surtout Pissarro, qui est son grand ami et le soutiendra jusqu’au bout. En 1868 il peint la banlieue parisienne ouvrière (Bercy, Ivry, Vanves). En 1874, avec Monet, Sisley, Renoir, Armand Guillaumin participe à la 1ère exposition des impressionnistes chez Nadar. Jusqu’en 1886 il est ainsi de la plupart des manifestations impressionnistes.

Gauguin lui achète des toiles. Van Gogh, qui l’admire, devient son ami et subit en partie son influence. Ils exposent alors ensemble chez Theo Van Gogh. En 1891 Armand Guillaumin gagne 100.000 francs dans une tombola et loue une maison à Crozant dans la Creuse.

Ses paysages de cette région sont d’ailleurs célèbres (en particulier les gelées blanches). Son sens de la couleur audacieuse et libre, ses pourpres, ses violets, la lumière blonde qui caractérise souvent ses paysages, exerceront une influence certaine sur les futurs fauves, en particulier sur Friesz, rencontré en 1901.

Dans les premières années du XXème siècle Armand Guillaumin passe ses hivers à Agay, dont il peint les rochers rouges. Il aime les terrains accidentés, la sauvagerie de l’Esterel, le clapotis miroitant de la mer.

Auteur d’une œuvre puissante et originale, esprit indépendant et sauvage lui-même, Armand Guillaumin se montre hostile à toute publicité trop voyante et son audience, de son vivant, est longtemps plus discrète que celle de ses amis, ce qui explique qu’il est encore le plus abordable des grands impressionnistes.